Le carrefour le plus célèbre du monde

DSC_0405
 
C'est à Shibuya que se trouve le fameux carrefour que l'on peut traverser en diagonale. Quand le feu est rouge pour les piétons, ceux-ci s'agglutinent au bord de la chaussée comme au départ du grand marathon de New York, puis le feu passe au vert et c'est le rush, sauf que deux fronts se font face et se rapprochent jusqu'à se fondre l'un dans l'autre sans qu'une épaule, sans qu'une hanche, sans qu'un pied ne se frôlent ! Quel art de l'évitement !

à vos marques, prêts ?

DSC_0398

partez !

DSC_0399

DSC_0400

DSC_0401

DSC_0402

DSC_0403

DSC_0503 DSC_0504DSC_0390 DSC_0391

Quartier parmi les plus emblématiques de Tokyo, Shibuya est animé en non stop par une faune de jeunes japonais dont le pouvoir d'achat laisse pantois. On vient y exhiber les dernières tenues à la mode, smartphone en main, avec sa tribu de préférence. C'est la concurrence féroce entre les deux compagnies ferroviaires Tokyu et Seibu qui a suscité l'implantation autour de la gare de centres commmerciaux, de multiplexes de cinéma et de salles de spectacles et a ainsi dopé le quartier.
On dit que les talons aiguilles ont toujours une longueur d'avance à Shibuya.

DSC_0407

DSC_0409

Restaurant de fugu, love hotels aux façades couleur de sorbet

DSC_0360
 DSC_0366 DSC_0376DSC_0364 DSC_0365

 A Tokyo la circulation s'organise sur plusieurs niveaux : au sol la circulation routière classique qui dessert le quartier, un étage plus haut les passerelles piétonnes qui enjambent et relient les quartiers, enfin les voies routières express et les voies ferroviaires, métro, trains de banlieue et express confondus.

DSC_0418 DSC_0419
DSC_0410 DSC_0420 DSC_0415

DSC_0428 DSC_0429 DSC_0430
DSC_0446 DSC_0457 DSC_0807
DSC_0461 DSC_0462 DSC_0463 DSC_0363 DSC_0367DSC_0368 DSC_0370DSC_0373 DSC_0374DSC_0375 DSC_0379DSC_0371 DSC_0381DSC_0382 DSC_0383DSC_0384 DSC_0386DSC_0385 DSC_0389DSC_0396 DSC_0397

Pour sortir de la gare de Shibuya, on peut opter pour Hachiko Exit, du nom du célèbre chien qui attendait chaque soir devant la gare le retour de son maître professeur à l'université. Un jour de 1925, le professeur ne rentra pas, terrassé par une crise cardiaque. Hachiko revint chaque jour attendre son maître, jusqu'à ce qu'il meure à son tour 10 ans plus tard. Entre temps, les vendeurs de Yakitori (petites brochettes) s'étaient chargés de le nourrir. Une statue de bronze fut édifiée à la mémoire du chien et de sa fidélité exemplaire.
La statue de Hachiko est un lieu de rendez-vous  connu de tous les Tokyoïtes.


DSC_0395

DSC_0390 DSC_0411
DSC_0413 DSC_0417DSC_0421 DSC_0422DSC_0426 DSC_0427DSC_0431 DSC_0432DSC_0433 DSC_0434DSC_0424

DSC_0435 DSC_0436DSC_0437 DSC_0438DSC_0441 DSC_0458DSC_0662 DSC_0661 DSC_0663 DSC_0666 DSC_0668

DSC_0477

DSC_0459 DSC_0480 

DSC_0489

DSC_0490

DSC_0483 DSC_0485DSC_0486 DSC_0487DSC_0488 DSC_0491DSC_0492 DSC_0493DSC_0494 DSC_0808DSC_0501 DSC_0502