Nikko
Humeur et emballements

Nikko, petite ville endormie de 30000 habitants (17000 disent certains sites, banlieue non incluse ? mais nous n'avons pas vu de banlieue) entourée de moyennes montagnes très vertes type Vosges ou Jura en plus pointues . La ville est très prisée des Japonais pour son ensemble de temples boudhistes disséminés dans un parc planté de cèdres largement centenaires. Imaginez le climat des petites villes thermales françaises, leurs parcs arborés, les sources et les rivières multiples qui ruissellent partout, et vous verrez Nikko, avec toutefois 35 à 37 degrés et des pluies de mousson brèves et subites. Nikko a indéniablement un côté bourgade nord-américaine au pied des Rocheuses.

DSC_0789

Notre hôtel, le Nikko Park Lodge, sans âme et tristounet, mais avec un Asian Grill juste à côté, simple, authentique, à la bonne franquette (équivalent en japonais ?) devenu notre cantine n°1.

DSC_0787   DSC_0788
Vue sur l'autre gare de Nikko (deux compagnies de chemin de fer, donc deux gares, logique !)
depuis la fenêtre de notre chambre.

DSC_0791

Notre chambre à la décoration indigeante, celle des garçons est à un autre étage, pas très pratique et déco du même tonneau.

DSC_0792   DSC_0790

DSC_0794   DSC_0795
Le paysage pavillonaire japonais ressemble finalement beaucoup aux lotissements américains

DSC_0796

DSC_0797

DSC_0798

DSC_0799

DSC_0801

DSC_0802

Les boutiques de souvenirs bordent la rue principale qui conduit tout droit au sanctuaire Toshogu.

DSC_0804 
DSC_0807   DSC_0806

Le Shin-Kyô bashi (ou pont Shinkyō, bashi signifiant pont) est un pont en bois laqué rouge. Il enjambe la rivière Daiya et marque l'entrée vers la zone forestière et montagneuse de la ville, où sont concentrés tous les principaux temples. Il est interdit à toute circulation, seules les libellules sont autorisées. Attention petite libellule, un jeune Français t'observe, du peuple de ceux qui se délectent de grenouilles et d'escargots...

DSC_0809

DSC_0814   DSC_0819
Au pied des cèdres vénérables, la mousse est partout. Le ciel gronde, il faudra bientôt trouver un abri.

« Le nom de Nikko évoque une prodigieuse symphonie de roches, de cascades, de forêts de montagnes, de lacs, d’étangs fleuris, de gorges ombreuses, de volcans solennels qui accompagne et devrait sublimer un grand nombre d’œuvres humaines. Parmi celles-ci, certaines, si elles visaient à atteindre une tapageuse publicité, ont sans conteste rempli cette mission ; mais si elles furent imaginées comme expression de beauté, elles ont en plein raté leur but. Je fais allusion ici aux mausolées construits par les shôgun Tokugawa pour eux et surtout pour Leyasu (1542-1616), fondateur de la dynastie. Le choix du site témoignait d’un louable discernement. Il est peu d’endroits au Japon où l’eau, la pierre, les troncs d’arbre, le feuillage se trouvent si harmonieusement intégrés dans un ensemble. Malheureusement les temps avaient changé. Les Japonais d’autres siècles, de l’époque de Nara, de Heian, même de Kamakura ou de Muromachi, auraient certainement compris ces vallées de dieux, ces pics de légende, ces forêts visionnaires, auraient traduit dignement en nobles structures, en formes, leur émotion religieuse. Mais ces années du XVIIème siècle (la majorité des édifices furent achevés entre 1634 et 1636) étaient veules, serviles, tarabiscotées ; en haut lieu dominait l’esprit de répression, en bas serpentait la peur, sur tous pesait le morne ennui Tokugawa : médiocrité et faste.
Piège éternel où tombent les tyrans ; le luxe, la magnificence, la pompe furent confondus avec la beauté, et la stupéfaction avec l’enchantement. »
MARAINI Fosco, Japon, Paris, Arthaud, 1959.

Je trouve cette remarque hélas souvent très adaptée à bien d'autres constructions contemporaines, œuvres d'architectes soumis à la mégalomanie de dictateurs de passage.("Passage" à l'échelle de l'histoire de l'humanité, mais éternité pour les peuples qui le subissent). Ici à Nikko, contentons-nous de nous laisser porter par l'exotisme du lieu, et amusons-nous de ces constructions somme toute pas si catastrohiques.

Nikkô est souvent critiquée pour avoir un style trop chinois
et pas assez japonais.

DSC_0838

DSC_0816

DSC_0817

Deux petites princesses pour un prince. Qui des deux va oser briser le sort ?

DSC_0825  DSC_0829 

DSC_0831

DSC_0826

DSC_0832  DSC_0830

DSC_0834

DSC_0836

DSC_0839

DSC_0841   DSC_0844

DSC_0845

DSC_0846   DSC_0847

DSC_0849   DSC_0851

DSC_0848   DSC_0852

DSC_0853

DSC_0854   DSC_0864

DSC_0860   DSC_0856

DSC_0862

DSC_0866   DSC_0869

DSC_0900

DSC_0878   DSC_0901

DSC_0889

DSC_0890